Moscou, 1953. "Accident" : c'est le mot qui figure sur le dossier. Pour la hiérarchie de Leo Demidov, agent du MGB, le petit garçon retrouvé mort, nu et lacéré au bord des rails ne compte pas: il n'y a pas de crimes en URSS. Mais Leo s'obstine à faire éclater la vérité. Au péril de sa vie...


A lire après Enfant 44: Kolyma
7.80 € 544 pages

 


C'est le gavroche de Kaboul. Fawad, 11 ans, grandit au pays des taliban. Pas évident... Mais quand sa mère trouve une place chez des Occidentaux excentriques, c'est toute sa vie qui se met à changer et ses yeux à s'ouvrir...



6.90€ Pocket 352 pages

 

Nous l’attendions avec impatience…

Dans A l’aube du septième sens, l’auteur nous avait fait plonger dans les arcanes du monde scientifique. Avec son deuxième opus, nous voici confronté à l’univers de l’édition.

 

Que pouvait demander de plus une libraire ! Si on nous prend par les sentiments…

 

Voici le résumé pour vous tenter davantage :

William Trojean, réinséré dans une usine d’incinération après sa sortie de prison, voit arriver de nuit un mystérieux camion contenant un chargement pour le moins intriguant : la cargaison complète d’un livre tout juste sorti de l’imprimerie. Le conducteur du camion demande à ce que ce chargement soit détruit dans son intégralité en toute discrétion. Cet étrange comportement pique la curiosité de William qui réussit à intercepter une page du livre. Il découvre sur celle-ci toute l’équipe créatrice de l’ouvrage, des maquettistes à l’imprimeur.

Le meurtre de l’éditeur quelques temps plus tard donne un coup d’accélération à l’histoire. William va alors remonter la chaîne du livre en allant de révélations en révélations…

 

Le lecteur s’identifie totalement à William dans sa recherche de la vérité, tremble pour lui et ses comparses. La construction du récit est aussi originale que dans le premier ouvrage. La quête de la vérité est mise en parallèle avec un cours magistral dans un amphithéâtre donné par un professeur partant à la retraite, réservant une surprise à son auditoire pour sa dernière prise de parole. Le lecteur est happé par l’histoire et réfléchit au sens à donner à une société contemporaine de moins en moins humaniste.

 

 

La documentation est une fois de plus très fouillée. L’auteur s’est adressé à des spécialistes pour rendre son propos crédible.

L’auteur confirme dans son second ouvrage l’envie par l’écriture d’éveiller les consciences en construisant un avenir plus positif basé sur de vraies valeurs. A méditer…



L’Olympe des infortunes, c’est un terrain vague, une décharge publique qui borde la mer.

Là bas, vous y trouverez un groupe de vagabonds, Ach le Borgne, Junior le simplet et aussi le Pacha et sa bande d’ivrognes. Beaucoup de personnages aux caractères différents et étranges. Ils ont pourtant tous un point commun, ils ont décidé de tourner le dos à la société.

Ach, lui, il est musicien. Quand il joue du banjo, c’est pour faire danser la lune et rejoindre ses chimères. Son compagnon, c’est Junior, un jeune garçon naïf qu’il a pris sous son aile.

Ensemble ils vont suivre la philosophie des Horr. Le horr, c’est un clochard qui a décidé de se retirer du monde citadin et de rejeter toutes ses valeurs : argent, travail, famille. Refus de la mendicité, libre de toutes attaches, on pourrait presque croire qu’ils coulent des jours heureux.

Certains membres du groupe sont parfois pris d’une envie de changement mais les liens qui les unissent sont si forts qu’un détachement s’avère alors bien illusoire.

 

L’Olympe des infortunes, un No man’s land en marge de la ville, de ses valeurs de sa décadence et de son individualisme. Avec cette fable tragicomique, le romancier livre une nouvelle métaphore dont la subtilité poétique ne manquera pas de bouleverser les esprits.

 

Une réflexion sur la société de consommation et la réintégration de ceux qui en sont exclus.

Voici une critique proposée par Cécile, notre stagiaire:

 

C'est l'histoire d'Uther Pendragon. Il a eu une fille et un garçon. La fille s'appelle Morgane et le garçon s'appelle Artur. Uther rencontre Merlin lors d'une bataille, tandis que sa femme, la reine se rend sur une île avec ses servantes. Uther se rapproche du lac et voit Viviane, une fée que les lecteurs pourront découvrir dans le chevalier sans nom, mais c'est une autre histoire ... Merlin raconte son récit à Blaise, serviteur d'Uther, qui écrit la vie de l'enchanteur dans un journal sous forme d' extraits dans ce livre. Durant la bataille, Uther Pendragon meurt. Son fils Artur monte alors sur le trône, c'est le début des chevaliers de la table ronde et de la quête du Graal.

J'ai apprécié la fin de la vie d'Uther Pendragon, moi qui aime l'histoire sur la quête du Graal, et le début de vie de Artur avec Lancelot du lac qui va découvrir son vrai nom dans le chevalier sans nom. Ayant lu le tome 1 qui parle de l'enfance de Merlin , j'ai préféré le tome2 car dans le tome 1,on ne parle pas de la quête du Graal. Le livre est préférable aux enfants qui connaissent un peu la quête du Graal. Lisez les autres livres sur la quête du Graal comme la neige et le sang, la nef du lion et la revanche des ombres dans la collection Graal de Christan De Montella.

Sous-catégories

Mes emplettes

Le panier est vide